Causons steampunk !

Hello,

Ce matin, je me suis levé en me disant qu’il était temps pour moi d’éduquer les masses incultes (a.k.a vous ^^). Le sujet: le steampunk. Vous avez quatre heures ! Puis bien que mes connaissances littéraires en la matière soient relativement larges, que je prenne de temps à autres une branlée à Dystopian War, que je n’aie pris que des raclées à Warmachine, je dois avouer sécher sur l’introduction (masses incultes a.k.a vous + moi = nous tous :-)). On va donc reprendre depuis le début par la littérature pour aboutir à ce qui se fait dans le genre en figurine. Ready ? Let’s steam !

441px-Chaudière_à_vapeurOui c’est une chaudière à vapeur ! C’est nul mais ça me fait rire ! En littérature, le steampunk relève d’un autre genre plus large: l’uchronie. Et oui, les deux sont totalement indissociables car forcément, décrire un monde où l’humanité (et les gremlins ^^) a décidé de se passer du pétrole pour se consacrer à la vapeur (et l’électricité dans une moindre mesure) comme force motrice découle inévitablement des univers alternatifs. (je ne vais pas m’étendre sur la question uchronique, pour cela je ne peux que vous conseiller l’excellent ouvrage d’Eric Henriet L’histoire revisitée)

Pourquoi des punks à vapeur ? Le mouvement punk (fin 70’s-80’s) est avant tout musical et culturel (un petit The Clash, ça ne coute rien !), basé sur la critique de la société d’alors, de l’émergence du chômage de masse, de la désindustrialisation en route et du rejet du modèle économique Reagano-thatchérien (dans les faits, c’est ce modèle qui l’emporte et on en paye actuellement les conséquences !). Le point commun de ces différents éléments reste une crainte de l’avenir et que celui-ci nous échappe. En littérature, un genre émerge dans les années 80 qui traduit bien cet état d’esprit: le cyberpunk. Personnellement je ne suis vraiment pas fan. Mené par des auteurs comme B.Sterling et W.Gibson, il y est décrit un future proche toujours sombre, unilatéralement désespérant et peuplé de japonais (le Japon est alors première puissance économique, pas pour longtemps d’ailleurs !), de jamaïcains hackers et fumeurs de joints, d’informatique modélisée par des lignes de chiffres vertes et de gros casques de moto à visière noir pour pouvoir s’envoyer en l’air avec des japonaises au milieu de chiffres verts.

matrixLa popularisation du mouvement Cyberpunk a été telle que ces principaux auteurs s’en sont rapidement désintéressés. Un petit nombre d’auteurs avec en tête Tim Powers font le parallèle entre les années 80 et les révolutions industrielles de la seconde moitié du XIXème siècle. La situation et le désespoirs sont les mêmes, mais sans ces saletés de lignes de chiffres verts ! Ces auteurs se rendent compte qu’il y a déjà une immense source d’inspiration: la SF victorienne. HG Wells, Jules Verne et même Conan Doyle sont les vrais précurseurs du Steampunk. La machine à explorer le temps, le Nautilus et Sherlock Holmes sont terriblement Steampunk ! Ce sont des éléments excessivement modernes dans une époque de grand bouleversement. Il n’en faut pas plus, le Steampunk c’est la fusion de l’état d’esprit des années 80 et de la SF victorienne. (Vache, avec une conclusion comme celle-là je vais me faire crucifier !)

JulesVerne-Nautilus-calmar-geant

Retournons à nos figurines. Il est indéniable que l’univers Steampunk séduit les joueurs. Warmachine est l’un des jeux les plus pratiqués par nos amis anglo-saxons. Même si l’univers est globalement médiéval-fantastique, on ne peut nier l’influence steampunk. D’immenses machines de guerres qui se meuvent grâce à la magie mais surtout l’électricité et la vapeur.

warmachine-Prime-MKIIL’univers crée par Spartan Games pour encadrer le jeu de bataille navale/terrestre/aérien Dystopian War en est aussi une bonne représentation. Les navires sont immenses et à vapeurs, il y a des sous-marins, les prussiens maîtrisent la technologie tesla… De plus, l’introduction d’une nouvelle matière, le sturginium, permet de justifier l’uchronie et le développement technologique. Je me demande souvent à quel point les créateurs du jeu ont été influencés par Les nomades du temps de Moorckock. Cette trilogie présente trois univers dystopiques (le contraire d’une utopie) où l’on retrouve tous les éléments de DW: immenses guerres, nouvelles ressources, zeppelins (une autre obsession du steampunk !); le tout nappé d’une idéologie révolutionnaire.

FSA Dystopian Wars Un autre élément phare du steampunk: Londres. La première et évidente raison c’est qu’une grande partie des auteurs et créateurs de jeux sont anglais. Ensuite, Londres est le véritable centre de la révolution industrielle, c’est là que les nouvelles technologies ont le plus de chance d’émerger, c’est dans ces sombres ruelles noyées dans un brouillard épais que peuvent évoluer les meurtriers et les savants fou, les Dorian Gray, les Docteurs Jekyll, les Sherlock Holmes… On ne dira jamais assez à quel point le détective de Conan Doyle est en avance sur son époque, c’est d’ailleurs un personnage récurrent du steampunk. De plus, Londres est le centre d’un immense empire colonial, thème tout aussi récurrent dans cette littérature de genre.

Comme jeu, nous avons Smog 1888 avec ses scientifiques, ses assassins et ses bobbies:

960821c2b5 6f89debfadNous avons aussi sur ce thème Wolsung, crée par des polonais, cette univers dont l’originalité est d’être destiné à être décliné sous divers supports: jeu de figurine, jeu de plateau, jeu de rôle…

W10000_Wolsung_rulebook_cover_1Enfin, pour terminer ce petit passage en revue du steampunk, mon coup de cœur du moment (même si pour le moment il n’y a pas d’infos sur les règles du jeu): In her majesty’s name.

img5256C’est le petit dernier d’Osprey Publishing. Plus habitué aux publications historiques, cette nouvelle règle attise ma curiosité. Les figurines qui accompagnent cette sortie sont sympas et semblent tout droit sortie du classique de Tim Powers: Les Voies d’Anubis. On y trouve des aventuriers anglais affrontant des sociétés secrètes issues des colonies mais aussi des adversaires traditionnels de la Perfide Albion. Évidement, ces sociétés complotent la chute de l’Empire Anglais.

img5257

            img5260        img5259img5258La faction Scotland Yard s’ajoutera bientôt aux autres avec des Bobbies et Sherlock lui même ! A noter aussi le classique fantasme de la littérature de genre sur les sociétés plus ou moins secrètes du monde germanique comme la Thulé, les teutoniques (pour Dystopian War) ou encore la Rose-Croix et la Sainte Vehme. La règle sera disponible en mai, j’envisage de commander le bouquin de règle, uniquement par curiosité intellectuelle !

Voilà, je sais que je n’ai pas fait le tour, Brigade Models produit une gamme de navire des cieux, Lead Adventure propose une vingtaine de références de qualités… et tant d’autres ! Si vous avez lu cet article jusqu’au bout je vous en remercie ! A bientôt !

Publicités

7 réflexions au sujet de « Causons steampunk ! »

  1. Merci pour ce petit article, très instructif sur le Steampunk et ces origines. C’est un mot que je connaissais sans savoir sa caractéristique principale, à savoir la vapeur/ électricité.

    Très intéressant.

    Ludiquement,

    Vadek

  2. Ca fait du bien de lire une petite genèse du genre sans voir un tas de débilités et de raccourcis, tiens!
    J’ai bien vu que tu n’as pas tout mis en matière de figurines, aussi me permettrais-je d’ajouter la gamme Malifaux de chez Wyrd Miniatures (et particulièrement les arcanistes de Ramos) à ta liste déjà bien pourvue!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s